Patientez...
Mots clés
Types d'annonces
Localisation
Monétaire
Prix croissant
Prix décroissant
Langage
Temporel
D'aujourd'hui
Derniers 7 jours
Dernier mois
Toutes
Contenu
Avec photo
Avec video
Prestige
Classe d'annonces
Particuliers
Entreprises
Toutes
  
Dernière modification: 2019-09-23
Sorel-Tracy, Montréal, Québec, Canada
No de la discussion122960
Discussion
Ghislain Martel
Superviseur des opérations pour Quarkus Media
Des scientifiques de 13 pays écrivent au secrétaire de l'ONU contre l’alarmisme climatique
Des scientifiques de 13 pays écrivent au secrétaire de l'ONU contre l’alarmisme climatique
Des scientifiques de 13 pays écrivent au secrétaire général des Nations unies contre l’alarmisme climatique.

"Un courrier signé par 500 scientifiques et professionnels, dont 40 pour la France, vient d’être adressé à António Guterres, secrétaire général des Nations unies, ainsi qu’à Patricia Espinosa Cantellano, secrétaire exécutive de la Convention-cadres des Nations unies sur les changements climatiques.

Lancée par Guus Berkhout, géophysicien professeur émérite à l’université de La Haye (Pays-Bas), cette initiative est le fruit d’une collaboration de scientifiques et associations de treize pays. Publiée au moment où l’agenda international place une nouvelle fois le climat en tête des préoccupations, cette « Déclaration Européenne sur le Climat » est destinée à faire savoir qu’il n’y ni urgence ni crise climatique. Elle appelle donc à ce que les politiques climatiques soient entièrement repensées, et reconnaissent en particulier que le réchauffement observé est moindre que prévu, et que le gaz carbonique, loin d’être un polluant, est bénéfique pour la vie sur Terre.

Il n’y a pas d’urgence climatique

Ce message urgent a été préparé par un réseau mondial de 500 scientifiques et professionnels. Les sciences du climat se doivent d’être moins politisées, tandis que la politique climatique se doit d’être davantage scientifique. Les scientifiques doivent aborder de façon ouverte les incertitudes et les exagérations dans leurs prévisions d’un réchauffement planétaire, et les dirigeants politiques doivent évaluer de façon dépassionnée les bénéfices réels et les coûts envisagés à l’adaptation au réchauffement climatique, ainsi que les coûts réels et les bénéfices envisagés de l’atténuation.
Des facteurs naturels aussi bien qu’anthropiques provoquent un réchauffement

Les archives géologiques révèlent que le climat terrestre varie depuis que la planète existe, avec des phases naturelles froides et chaudes. Le Petit Âge glaciaire ...

(Suite...)

Des scientifiques de 13 pays écrivent au secrétaire général des Nations unies contre l’alarmisme climatique.

"Un courrier signé par 500 scientifiques et professionnels, dont 40 pour la France, vient d’être adressé à António Guterres, secrétaire général des Nations unies, ainsi qu’à Patricia Espinosa Cantellano, secrétaire exécutive de la Convention-cadres des Nations unies sur les changements climatiques.

Lancée par Guus Berkhout, géophysicien professeur émérite à l’université de La Haye (Pays-Bas), cette initiative est le fruit d’une collaboration de scientifiques et associations de treize pays. Publiée au moment où l’agenda international place une nouvelle fois le climat en tête des préoccupations, cette « Déclaration Européenne sur le Climat » est destinée à faire savoir qu’il n’y ni urgence ni crise climatique. Elle appelle donc à ce que les politiques climatiques soient entièrement repensées, et reconnaissent en particulier que le réchauffement observé est moindre que prévu, et que le gaz carbonique, loin d’être un polluant, est bénéfique pour la vie sur Terre.

Il n’y a pas d’urgence climatique

Ce message urgent a été préparé par un réseau mondial de 500 scientifiques et professionnels. Les sciences du climat se doivent d’être moins politisées, tandis que la politique climatique se doit d’être davantage scientifique. Les scientifiques doivent aborder de façon ouverte les incertitudes et les exagérations dans leurs prévisions d’un réchauffement planétaire, et les dirigeants politiques doivent évaluer de façon dépassionnée les bénéfices réels et les coûts envisagés à l’adaptation au réchauffement climatique, ainsi que les coûts réels et les bénéfices envisagés de l’atténuation.
Des facteurs naturels aussi bien qu’anthropiques provoquent un réchauffement

Les archives géologiques révèlent que le climat terrestre varie depuis que la planète existe, avec des phases naturelles froides et chaudes. Le Petit Âge glaciaire n’a pris fin que tout récemment, vers 1850. Il n’est donc pas étonnant que nous vivions aujourd’hui une période de réchauffement.
Le réchauffement est beaucoup plus lent que prévu

Le monde s’est réchauffé à un rythme inférieur à la moitié de ce qui était intialement prévu, et inférieur à la moitié de ce à quoi on pouvait s’attendre en se fondant sur le forçage anthropique net et le déséquilibre radiatif. Cela nous indique que nous sommes bien loin de comprendre le changement climatique.
La politique climatique s’appuie sur des modèles inadéquats

Les modèles climatiques présentent de nombreuses lacunes, et ne sont guère exploitables en tant qu’outils décisionnels. De plus, ils exagèrent probablement les effets des gaz à effet de serre tels que le CO2. Enfin, ils ignorent le fait qu’enrichir l’atmosphère en CO2 est bénéfique.
Le CO2 est l’aliment des plantes, le fondement de toute vie sur Terre

Le CO2 n’est pas un polluant. Il est essentiel à toute la vie sur Terre. La photosynthèse est un bienfait. Davantage de CO2 est une bonne chose pour la nature, cela fait verdir la Terre : le CO2 supplémentaire dans l’air a favorisé un accroissement de la biomasse végétale mondiale. Il est par ailleurs bon pour l’agriculture, accroissant les rendements des récoltes dans le monde entier.
Le réchauffement climatique n’a pas provoqué davantage de catastrophes naturelles

Il n’y a aucune preuve statistique que le réchauffement climatique intensifie les ouragans, les inondations, les sécheresses ou autres catastrophes naturelles analogues, ni qu’il les rendrait plus fréquentes. En revanche, les mesures d’atténuation du CO2 sont, elles, aussi dévastatrices que coûteuses. Ainsi, les éoliennes tuent les oiseaux et les chauves-souris, et les plantations d’huile de palme détruisent la biodiversité des forêts tropicales.
L’action politique doit respecter les réalités scientifiques et économiques

Il n’y a pas d’urgence climatique. Il n’y a donc aucune raison de s’affoler et de s’alarmer. Nous nous opposons fermement à la politique néfaste et irréaliste de neutralité carbone proposée pour 2050. En attendant que de meilleures approches voient le jour, ce qui se produira certainement, nous avons amplement le temps de réfléchir et de nous adapter. L’objectif de la politique internationale doit être de fournir une énergie fiable et bon marché, de façon permanente, et dans le monde entier."

(Reduire...)



Cette discussion vous intéresse et vous voudriez voir la suite ou y participer?
Inscrivez-vous gratuitement ou Connectez-vous ici
Pas facile non plus pour "Monsieur et Madame Tout le Monde" de se faire une opinion avec tous ces soi-disant experts qui se contredisent...
Qu'en pensez-vous? Avec toutes les contradictions qu'on entend et à force "d'entendre crier au loup", la population risque de ne plus réagir lorsque ce sera vraiment le temps...



Médias sociaux
Partagez cette publication dans vos cercles d'amis!
 
Avis important

BeaucoupPlus n'endosse aucune discussion ni aucun commentaire émis par les membres. Nous vous invitons à lire attentivement nos Conseils de sécurité et à respecter nos Conditions d'utilisation et les Règles de ce forum pouvant limiter notre responsabilité et ce qu'il vous est permis d'écrire ou de faire sur ce réseau social.

Toute discussion ou tout commentaire irrespectueux, haineux, discriminatoire ou autrement illégal doit nous être signalé afin d'être examiné et supprimé.

Les publications à caractère promotionnel ne sont pas autorisées comme discussion et peuvent être supprimées ou déplacées vers notre section des petites annonces.

En utilisant ce réseau "ouvert", vous comprenez et acceptez que toutes les discussions ou commentaires émis puissent être indexés par les moteurs de recherche et être possiblement rediffusés ailleurs sur internet sous votre propre identité. Soyez prudent(e) afin de ne pas exprimer publiquement d'opinions que vous pourriez regretter. L'utilisation de pseudonymes et les discussions ou commentaires anonymes ne sont pas acceptés sur nos forums de discussion.

En publiant du contenu sur les sites de BeaucoupPlus, vous demeurez propriétaire de celui-ci et pouvez le supprimer vous-même en tous temps.
La suppression d'une publication sur BeaucoupPlus ne la supprime pas nécessairement sur les sites et ailleurs sur internet où elle aurait pu être partagée, copiée ou reproduite en totalité ou en partie. Tout ce qui est diffusé ou indexé ailleurs après publication sur ce site n’est plus du ressort de BeaucoupPlus.